Automatica 2016, une édition sous le signe de la robotique

Pour la cuvée 2016, les organisateurs du salon Automatica avaient mis l’accent sur la robotique collaborative et les services associés sans refuser le débat autour de la place de l’homme dans l’usine du futur que l’on appelle parfois Workplace 4.0. Pari réussi !


De tous les rendez-vous professionnels qui intéressent les directeurs industriels, les responsables de production ainsi que les ingénieurs et techniciens spécialisés en automatisation, Automatica tient une place à part. C’est en effet, le dernier événement du printemps qui se déroule après le salon Industrie qui a lieu en France à Paris ou à Lyon, d’une année sur l’autre et bien sûr après la Grand Messe que constitue la Foire de Hanovre.

Cet événement n’en reste pas moins un rendez-vous de première importance pour le public précité. La Foire de Hanovre par exemple, rassemble pêlemêle, les machines-outils, les pompes, les compresseurs, les mélangeurs, les systèmes de production d’énergie et bien sûr, tout ce qui concourt à automatiser les processus sans que cela constitue l’essentiel de la manifestation.

Comme on s’en doute, Automatica est précisément centré sur les systèmes, les périphériques, les équipements de connexion et les robots industriels qui composent le cerveau, le coeur, l’épine dorsale et les membres de ce grand corps industriel qu’est l’automatisation. L’événement qui se déroule chaque année à Munich en Bavière présente l’immense avantage d’être à taille humaine. En fonction de ses centres d’intérêt, le visiteur n’a aucun mal à aller à la rencontre de tous les professionnels venus présenter les équipements qui le concerne. Mieux, il aura même le temps, le plus souvent, de parcourir les autres halls et de repartir avec plus d’informations qu’il ne l’espérait en préparant sa visite.

Bien sûr, on ne le répétera jamais assez, l’automatisation est au coeur de la quatrième révolution industrielle. Les systèmes opérationnels pilotent les robots, les machines à commande numérique et plus généralement tous les équipements qui comtribuent à l’approvisionnement, à l’acheminement, à l’assemblage, au traitement et à l’emballage de produits qui traversent les chaînes de production n’importe où dans le monde. Pour son édition 2016, Automatica a tout spécialement mis l’accent sur la robotique collaborative qui change à la fois la manière de penser la ligne de production mais aussi, modifie en profondeur la place de l’humain dans les usines.

Il s’agit en quelque sorte d’en finir avec les espaces cloisonnés réservés aux machines et ceux où interviennent les opérateurs. L’usine du futur doit, selon les organisateurs d’Automatica, devenir un espace où l’homme et la machine sont réconciliés. L’industrie du futur doit y gagner des lettres de noblesse en offrant un espace de travail à la fois propre et silencieux où l’homme est débarrassé des tâches pénibles et voit sa mission revalorisée en participant directement à la maîtrise et à l’optimisation des systèmes pour améliorer la productivité.

Explosion de la fréquentation

Quelque 840 exposants venus de quarante-sept pays différents avaient fait le déplacement jusqu’à Munich pour Automatica 2016, ce qui représente un accroissement de 16 % par rapport à l’édition précédente.

Ils n’ont visiblement aucune raison d’être déçus puisqu’en retour, ce sont 45 000 visiteurs qui sont venus à leur rencontre entre le 21 et le 24 juin dernier. La fréquentation a littéralement explosé puisque les organisateurs du salon observent ici, une croissance d’environ 30 %. Si les deux tiers des visiteurs sont allemands, le nombre de visiteurs étrangers connait lui-aussi une hausse vertigineuse – autour de 50 %.