La business intelligence fait recette

Le marché des outils d’analytique et de Business Intelligence (ABI) ne cesse d’augmenter. De  3,243 milliards de dollars en 2013, il devrait atteindre 4,386 milliards d’ici à 2017, soit une progression de 7,9% en moyenne par an.

 

Pour faire la différence, les industriels ont besoin d’anticiper les changements de leur environnement, afin d’être en mesure de prendre les mesures adéquates à temps. Toutes les divisions, tous les départements de l’entreprise cherchent donc à réunir toujours plus d’informations, toujours plus précises, pour faire toujours mieux. Et si les analyses locales peuvent être utiles, les bénéfices pour l’entreprise  sont plus importants quand ces analyses couvrent plusieurs divisions, plusieurs départements, car des éléments nouveaux peuvent apparaître quand les données traitées proviennent de sources plus diverses. Ainsi, les entreprises adoptent-elles de plus en plus des business models dans lesquels toutes les décisions sont fondées sur des analyses de données d’exploitation et des processus d’affaires. Au sein de toute l’organisation, ces entreprises emploient des logiciels pour collecter, contextualiser, visualiser et analyser ces données afin de trouver de nouvelles sources de gain. La question qu’elles se posent toutes : « que nous dit la donnée ? »

 

Dans tous les secteurs

L’étude intitulée « Analytics and Business Intelligence Platforms for Industrial Applications, Global Market Research Study » d’ARC Advisory Group traite des outils d’analytique et de business intelligence (ABI) pour des applications industrielles. Ces outils d’aide à la décision collectent, préparent et analysent les données provenant de diverses sources, et mettent en avant des indicateurs inédits construits à partir d’informations qui étaient auparavant cachées ou non visibles. Cela permet d’améliorer la performance des installations mais, aussi, la performance globale de l’entreprise.

Le monde des ABI est un monde qui change vite. Après la recherche actuelle de la performance, on se dirige vers un deuxième stade dit prédictif puis, à terme, vers l’étape suivante dite « prescriptive ». Actuellement, la tendance est notamment à la diversification des sources de données et à leur massification, le temps réel et la collaboration et, de l’autre côté, à la simplification des interfaces, avec des accès mobiles.

Estimé à 3,243 milliards de dollars le marché de ces plateformes d’ABI est très fluide, poussé par un besoin général des entreprises dans le monde et par quatre grandes tendances transforment l’industrie : le big data, l’analyse prédictive, l’analyse embarquée et les analyses via le cloud.

La plupart des grands fournisseurs d’outils d’ABI (SAP, Oracle, IBM, Tibco, SAZS, Microsoft, Qlicktech, mircostrategy ou Infor, par exemple), sont localisés en Amérique du Nord et en Europe mais les plus importants sont présents partout dans le monde. Pour les nouveaux – et souvent plus petits acteurs -, il semble plus difficile de faire des affaires en Asie pacifique mais elles ont beaucoup d’opportunités dans les pays plus développés.

Ces outils progressent dans tous les secteurs, de l’industrie lourde à la chimie, en passant par l’agroalimentaire et l’automobile. En effet, l’analytique procure les informations pour diriger plus efficacement ses marchés, ses chaînes d’approvisionnement et ses opérations et facilitent le travail de toute l’entreprise, des concepteurs, aux responsables de la production, de la supplychain, du support produits…  Enfin, cela facilite la collaboration au sein de l’entreprise.