Le Danois Universal Robots annonce un CA en hausse de 91 %

Universal Robots a récemment publié son bilan financier, qui montre que le potentiel de croissance de l’industrie robotique en Europe est des plus prometteurs. Avec un chiffre d’affaires atteignant 56 millions d’euros en 2015, l’entreprise affiche une croissance de 91 % par rapport à 2014.


Créée en 2005 par trois chercheurs, l’entreprise Universal Robots qui compte au Danemark 150 collaborateurs pour un total de 200 dans le monde, est spécialisée dans les robots collaboratifs ou cobots. Elle s’est positionnée sur le marché industriel avec des équipements peu coûteux et aussi faciles à déployer que simples à programmer. Surtout, ils peuvent travailler à proximité immédiate d’un opérateur sans le moindre danger pour ce dernier. La société a vendu son premier cobot en décembre 2008.

Le chiffre d’affaires d’Universal Robots s’est élevé à 56 millions d’euros en 2015, ce qui représente une hausse de 91 % par rapport à 2014 et de… 223 % par rapport à 2013, excusez du peu. Les profits avant impôt s’élèvent à 76 millions d’euros, en hausse de 122 % par rapport à l’exercice précédent.

L'offre d'Universal Robots comprend les bras robotisés collaboratifs UR3, UR5 et UR10 ; le chiffre accolé à chaque référence renvoyant à la charge utile exprimée en kilogrammes. Depuis 2012, les ventes annuelles d’Universal Robots ont augmenté en moyenne de 75 %. C’est à Odense que se déroule toute la production de bras robotisés. Un réseau de 200 distributeurs se charge ensuite de la vente des produits, dont 45 % en Europe, 30 % en Amérique et 25 % en Asie en 2015. Les équipements proposés par Universal Robots sont aujourd’hui vendus dans plus de cinquante pays à travers le monde. « Dans les années à venir, nous nous attendons à une croissante annuelle d’au moins 50 % sur le marché des robots collaboratifs » déclare Enrico Krog Iversen, président d’Universal Robots.

Le rachat d’Universal Robots par l’Américain Teradyne pour sensiblement 285 millions de dollars, a créé la surprise en 2015. Financièrement solide, le montage financier débouche sur un ambitieux plan d’investissements. Avec le recrutement de nouveaux développeurs de robots, l’équipe de R&D a presque doublé en 2015.