Endress+Hauser pousse les analyses

Le spécialiste suisse de l’instrumentation industrielle a encore progressé en 2014. Pour aller plus loin, il compte renforcer les collaborations entre ses entités et multiplie les nouveautés dans l’analyse de gaz et de liquides, mais pas seulement.

 

Les années se suivent et se ressemblent pour le Suisse Endress+Hauser. « 2014 a été une année prospère et difficile en même temps. Le chiffre d’affaire a augmenté de 11% à 2013 millions d’euros.  En Europe, il a atteint 997 millions d’euros, avec une hausse de 8% », déclare Urs Endress, président d’Endress+Hauser France. A noter, plus de la moitié des ventes du groupe sont désormais réalisées hors d’Europe. C’est aux Etats-Unis que le groupe a le plus progressé l’an dernier, avec une hausse de 17,7% qui propulse le chiffre d’affaires à 437 millions d’euros, grâce à une position dominante sur ce secteur (suite à ses différents rachats, E+H serait désormais le plus important fabricant de capteurs sur le territoire Nord-américain) et, sans doute, à des effets de change avantageux. L’entreprise compte désormais 12435 personnes, dont 8661 en Europe.

Cependant, « le 20 janvier, le monde a changé en Suisse avec la suppression du cours planché du franc suisse », note Urs Endress. Un coup de matraque pour bon nombre d’entreprises helvétiques fortement exportatrices, mais E+H s’adapte. « Nous avons continué d’investir et nous ne réduisons pas le personnel dans nos usines helvétiques. Mais lorsque nous réfléchissons au lancement d’une nouveau produit, nous hésitons à le produire en Suisse », reconnaît le président de E+H France.

Pour 2015, la direction du groupe est prudente. « Le début de l’année a été modeste. Nous prévoyons une hausse de 6% du chiffre d’affaires », annonce Urs Endress. Ses premiers secteurs clients restent la chimie et l’agroalimentaire, qui représentent près de la moitié des ventes chaque année.

 

Plus d’échanges au sein du groupe

Pour continuer de progresser, le groupe compte pousser ses activités dans les analyses de liquides et de gaz, avec l’objectif de prendre les technologies du laboratoire et de les étendre au process continu. Quatre spécialistes sont désormais dans le groupe : Endress+Hauser lui-même, Spectra Sensors, Kaiser Optical Systems et Analytics Jena. Et de nouvelles entités apparaissent, à l’image de Truedyne Sensors, à Reinach, en Suisse, spécialisé dans les microsystèmes. « Nous allons encore améliorer nos structures de ventes dans ce domaine et favoriser les collaborations et les projets de R&D en commun au sein du groupe », annonce Urs Endress. Concrètement, dans le monde de l’analyse des gaz, cela se traduit par exemple par la commercialisation de l’Optograf de Kaiser par Spectra Sensors. En France, E+H a également ouvert un centre de compétences à Compiègne pour le support technique, l’avant et l’après-vente dans deux technologies laser de pointe : la technologie TDL de Spectra Sensors et la technologie de spectroscopie Raman proposée par Kaiser. La première est notamment utilisée pour le contrôle des process hydrocarbures, l’observation de l’atmosphère terrestre ou la traque au dioxyde de soufre dans les gaz de chauffe de raffineries,  la seconde assure la mesure simultanée de constituants d’un gaz.

E+H met aussi l’accent dans l’analyse des liquides, notamment avec le développement d’une nouvelle génération de plateformes d’analyse dans la gamme Liquiline : la CA80. Son atout ? Contrairement à l’offre précédente qui reposait sur différents concepts, il s’agit d’une plateforme unique composée de « packs », qui peut être déclinée selon les éléments à contrôler. Le premier modèle, dédié à la mesure d’ammonium dans l’eau, sera lancé en septembre et la gamme s’étoffera « à l’horizon » 2017. E+H propose également des platines « Energie » sur le même concept, consacrées à l’analyse de l’eau, de la vapeur et des retours de condensats dans les systèmes de chauffage.

 

 

Des nouveautés dans l’agroalimentaire

En France, l’agroalimentaire constitue, de loin, le premier marché d’Endress+Hauser. Le Suisse ne cesse donc de présenter de nouveaux produits dans ce domaine. Au programme cette année, dans la détection de niveau, une famille Liquipoint qui s’agrandit avec les modèles d’entrée de gamme FTW23 et de FTW 33 qui progresse pour sa part pour être plus efficace sur la partie « huile », et la nouvelle générateurs de capteurs Liquifant FTL31 et 33, qui bénéficient d’un nouveau design et d’une nouvelle électronique. En débit, le Suisse lance le Promag H100, doté d’une mesure de température et de conductivité intégrées, et, dans la famille des débitmètres Coriolis, le Promass I qui, grâce à deux modes de vibration (flexion et torsion), permet de réaliser des mesures de débit, de masse volumique, de température et de viscosité pour des débits de 10 kg/h à 180000 kg/h.