L'Allemagne, reine de l'électronique industrielle

Selon les derniers chiffres du ZVEI, l’association des entreprises allemandes de l’électronique, nos voisins d’Outre-Rhin restent les maîtres du domaine.

 

Les chiffres sont tombés. Et ils ne sont pas très bons. Si l’on en croit le ZVEI, l’association des entreprises allemandes de l’électronique, la production locale s’est élevée à 170,2 milliards d’euros en 2012, en repli de 4,7% par rapport à l’année précédente. « L’activité a été très bonne durant les trois premiers trimestres de l’année, mais le dernier trimestre n’a pas été très bon. Nous enregistrons donc un léger recul sur l’ensemble de l’année 2012 en production », déclare Friedhelm Loh, PDG du groupe Friedhelm Loh et président du ZVEI. Selon lui, ces résultats décevants s’expliquent par le recul de l’activité sur le marché domestique, mais aussi à l’export, qui a connu une baisse de 3% par rapport à 2011, pour atteindre environ 170 milliards d’euros, notamment en raison des problèmes du sud de l’Europe, liés à la crise financière. En outre, « la Chine n’a pas connu une croissance importante l’an dernier. Cela était lié principalement à leur changement de gouvernement. Désormais, on y observe de nouveau une hausse », commente le président du ZVEI. « Actuellement, les Etats-Unis sont notre premier client, avec 13,1 milliards d’euros. La Chine est numéro 2 (11,9 milliards) et la France numéro 3. Cela change beaucoup. La France était numéro 1 les années précédentes », poursuit-il. En 2012, les Français ont en effet acheté pour 11,7 milliards d’euros aux Allemands, soit 6% de moins que l’année précédente.

 

Reprise en 2013

Cette année s’annonce mieux. Le ZVEI compte en effet sur une hausse de 1,5% de sa production, pour atteindre les 173 milliards d’euros. « Les trois premiers mois sont faibles mais tout porte à croire qu’il y aura une progression au deuxième trimestre et dans la deuxième partie de l’année », annonce Friedhelm Loh. Comme cette année, les Etats-Unis constitueront le premier débouché des Allemands, devant la Chine. « C’est un marché important qui représente plus de 10 milliards d’euros et en forte croissance. Beaucoup d’industries progressent fortement là-bas », note-t-il.

Quant au podium mondial, « Nous étions déjà premiers et nous le resterons en 2013 », affirme le président du ZVEI. L’atout maître de l’Allemagne, selon Friedhelm Loh ? La technologie. « Nous sommes très forts dans la connexion entre les technologies informatiques et industrielles, dans les machines-outils, qui embarquent de plus en plus d’électronique, dans les systèmes électroniques pour les logements… Nous sommes leaders mondiaux sur beaucoup de marchés différents », résume-t-il.