L’Ethernet industriel a le vent en poupe

Les appareils industriels utilisant Ethernet au niveau du terrain continuent de constituer une source d’optimisme pour l’automatisation. Alors que le marché global augmente de moins de 10% par an actuellement, les ventes de ce type de composants va progresser de près de 20% en moyenne chaque année entre 2013 et 2018, pour dépasser les 10,5 milliards de dollars sur l’ensemble de la planète.
 
L’étude d’ARC Advisory Group intitulée « Industrial Ethernet Devices, global market research study » se concentre sur les composants utilisés en aval des automates dans les architectures classiques d’automatisation pyramidale. La partie communication entre automates et les appareils sans fil est traité dans une autre étude. Le cabinet s’est donc focalisé sur certaines catégories : les automates programmables quand ils sont directement connectés aux composants de terrain, les entrées/sorties déportées, qui font le lien entre ces automates et les capteurs et actionneurs montés au cœur des installations, les E/S de systèmes de contrôle distribué (DCS I/O) qui assurent le lien entre ces mêmes composants de terrain et les DCS (Distributed Control system), les IHM et terminaux opérateurs (HMI et OIT) utilisés dans les ateliers, les capteurs, les systèmes de vision, les variateurs AC, les contrôleurs de Motion…

Plus fort que la moyenne

Le principal enseignement de cette étude est la bonne santé de ce marché qui devrait progresser de près de 19,8% en moyenne par an entre 2013 et 2018, alors que l’automatisation dans son ensemble augmente à un rythme bien inférieur. Les ventes de composants utilisant Ethernet dépassent les espérances, aussi bien en valeur qu’en volume et tout est réuni pour que l’emploi de cette technologie se poursuive. La reconnaissance toujours plus importante de l’Ethernet industriel et la faible saturation dans les segments de composants clés amplifient le phénomène. L’arrivée de nouveaux produits employant Profinet constitue une des sources de cet emballement et Profinet fait la course en tête devant Ethernet/IP. En outre, cette technologie constitue une clé dans la réalisation de concepts comme Industrie 4.0 ou d’Internet industriel des objets, étudié par plus en plus d’industriels comme nouvelle source de flexibilité et productivité industrielle.

L’Europe est en tête

L’industrie manufacturière, en particulier l’automobile et l’agroalimentaire, constituent toujours les secteurs les plus moteurs. Dans le process, les opportunités sont moindres, mais l’Ethernet industriel y trouve sa place, notamment dans l’instrumentation. Le marché européen demeure le plus important au niveau mondial. La prépondérance de constructeurs de machines dans cette région du monde et leur recherche constante d’avantages concurrentiels participe à cette tendance et la situation devrait s’amplifier avec la migration des installations de Profibus DP à Profinet. Toujours en Europe, l’initiative « Industrie 4.0 », qui nécessite toujours plus d’intégration avec le monde digital, pousse l’adoption de cette technologie. Pour autant, dans le monde, les ventes des composants Ethernet ne cannibalisent pas encore celles des composants classiques. A l’avenir, les fournisseurs de solutions devraient se concentrer sur la valeur apportée par cette technologie, notamment sur le fait de proposer un réseau autorisant des communications verticales et horizontales et d’offrir davantage de flexibilité aux installations, ou encore de pouvoir surveiller la performance ou contrôler les machines à distance. Ils devront aussi surtout proposer des solutions capables de rassurer les utilisateurs finaux en termes de cyber sécurité.
 
L’intégralité de cette étude est disponible auprès d’ARC Advisory Group.