L’imagerie hyperspectrale à la portée des industriels

Suite à un accord de partenariat, Stemmer Imaging distribue dans toute l’Europe, les caméras hyperspectrales de la série FX du fabricant finlandais de caméras Specim, dont le tout nouveau modèle compact FX10.

La nouvelle caméra hyperspectrale Specim FX10 est conçue pour opérer dans la gamme de longueurs d’onde de 400 à 1 000 nm. Grâce à un procédé breveté, un spectrographe nécessaire pour le traitement d’image hyperspectral a pu être intégré directement dans le boîtier de l’équipement. Cette spécificité n’empêche cependant pas la caméra FX10 de rester compacte puisque ses dimensions sont de 150 x 85 x 71 mm.

Les systèmes de traitement d’image hyperspectraux analysent les caractéristiques moléculaires des objets à contrôler et établissent une « empreinte chimique » des matériaux. Grâce à l’analyse sur plus de 100 longueurs d’onde, il est possible de couvrir des champs d’application qui ne sont pas accessibles aux systèmes conventionnels. Parmi les utilisations possibles de cette technologie, on citera : la séparation des matières plastiques lors du recyclage, les applications dans le domaine agroalimentaire et l’identification des matériaux et des substances divers qui ne présentent guère de différence pour le spectre visible dans l’industrie minière, dans l’industrie pharmaceutique ou encore, dans le secteur de la médecine.

Parmi 220 longueurs d’onde supportées, les utilisateurs ont la possibilité de sélectionner et d’analyser celles qui sont le plus appropriées pour l’application au vu des propriétés du matériau de l’objet à contrôler. Le nombre de longueurs retenues a une influence directe sur la vitesse du processus. Moins il y a de longueurs d’onde sélectionnées pour l’inspection, plus l’analyse s’effectue rapidement. Si l’utilisateur utilise l’ensemble des 220 longueurs d’onde, la vitesse de prise de vue maximale de la caméra Specim FX10 est de 330 images par seconde. Si une prise de vue ne nécessite que 20 longueurs d’onde, il est possible de prendre 2 830 images par seconde ou, si l’utilisateur ne sélectionne que cinq longueurs d’onde dans trois gammes différentes, la vitesse peut atteindre 6 510 images par seconde. Pour l’heure, la caméra FX10 s’appuie sur une liaison CameraLink pour le transfert des données, sachant que le constructeur finlandais compte commercialiser vers la fin de cette année, des modèles disposant d’une interface GigE Vision (une déclinaison du standard Gigabit Ethernet autorisant des liaisons atteignant 100 m).

Parmi ses autres caractéristiques, on peut noter que la monture optique est au standard C-Mount et que le rapport signal/bruit est de 600:1 grâce à l’étalonnage effectué par Specim. Outre la caméra FX10, Stemmer Imaging distribue le logiciel d’acquisition d’images et le kit de développement (SDK) auxquels s’ajoutent différents modèles de cartes d’acquisition d’images accompagnés de câbles adaptés aux environnements industriels. Cette offre complète vise à simplifier la mise au point et le déploiement d’une solution dans le traitement d’image hyperspectrale.