Les logiciels de supervision

Avoir une installation automatisée sans logiciel de supervision, c’est un peu comme naviguer les yeux fermés : c’est possible, mais pas très pratique. C’est la raison pour laquelle la plupart des fournisseurs de matériels d’automatismes proposent ce type d’applications qui permettent de suivre en détail l’évolution de son équipement de production depuis un poste informatique. Certaines applications sont donc associées à des marques (Siemens, Rockwell, Schneider, Omron, etc.), d’autres sont agnostiques, à l’image des solutions de Sage, de Wonderware, de Codra…

Un tel logiciel sera chargé de récupérer les informations venant des automates, via un réseau local ou distant, pour les consolider au sein d’une interface homme-machine intelligible par les opérateurs. Souvent, ces informations sont donc transformées en indicateurs placés sur un tableau de bord, ou sur des synoptiques qui schématisent la machine, ou une partie de la machine, en deux, voire trois dimensions, avec plus ou moins de détail. A l’inverse, ces solutions permettront aussi de piloter les procédés de fabrication en envoyant des ordres aux automates de la ligne et assurer du contrôle commande.

Chacun aura ses capacités propres en matière de gestion d’entrées/sorties et de variables, en termes de capacités de visualisation (nombre de pages, possibilité de travailler avec des vues spécifiques par métier…), et proposera des fonctions plus ou moins poussées d’affichage, de calcul, de génération de courbes diverses, de création d’objets et d’indicateurs, de génération de rapports en tous genres.

Parmi les fonctions proposées, outre la visualisation, on pourra retrouver l’historisation des données, la prise de contrôle à distance, l’intégration d’informations vidéo en plus des données… La gestion des alarmes est aussi importante, depuis la remontée simple des dépassements de seuils jusqu’à un traitement plus poussé qui filtrera les événements moins importants afin d’éviter les avalanches d’alarmes qui risquent plus de stresser l’opérateur que de l’aider. Un logiciels de supervision pourra aussi souvent assurer un contrôle d’accès à la console, afin d’éviter que tout le monde puisse avoir accès aux informations et effectuer des modifications non autorisées.

Evidemment, le système d’exploitation nécessaire à l’exécution de l’application pourra constituer un critère de choix. L’application sera mono ou multipostes et suivre des architectures client-serveur et/ou redondantes. On retrouvera aussi des applications en mode Saas (software as a service) qui évitera d’investir dans des licences. A noter, on retrouve actuellement des solutions misant sur la virtualisation et pouvant être consultées de n’importe quel appareil, même des tablettes. Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif";}