PTC connecte les objets industriels avec Thingworx

Sa plateforme logicielle qui fait le lien entre les sources de données de toutes sortes et les systèmes d’informations supérieurs ouvre la porte de l’IoT aux entreprises de toutes tailles.

L ’Internet des objets est en marche. Et le monde indus triel y voit une opportunité - de gagner en performance. « Les industriels commencent à connecter leurs objets pour réduire leurs coûts de maintenance, faire de l’analyse de données dans diffé- rents buts et intégrer leurs outils industriels au système d’information global de l’entreprise. En particulier pour la maintenance, cela permet de faire du diagnostic à distance, de faire de la maintenance préventive et de commander la bonne pièce de rechange au bon moment, quand la machine le demande », commente Patrice Ravaud, IoT Sales Hunter EMEA chez PTC. Le souci ? « Pour l’instant, le monde industriel est composé de systèmes d’informations déconnectés et décorélés », répond-il. Résultat, mettre en œuvre soi-même cette technologie au sein d’une usine est souvent un processus long, complexe et qui implique de développer un système propriétaire.

Faire simple

Via Thingworx, racheté fin 2013, PTC compte tout simplifier avec une idée simple : « récupérer la data partout sans la dupliquer pour créer des IHM et lancer des actions », explique Patrice Ravaud. En effet, son outil permet de construire une application en quelques semaines seulement, par l’emploi de briques logicielles permettant de connecter, via une plateforme unique, toute source de données dans l’entreprise à son système d’information. Pour cela, l’utilisateur définit un métamodèle constitué d’objets reliés entre eux par des connexions logiques, sans limites en termes de nombre d’objets. Et pour la visualisation, l’application permet de créer des IHM en HTML 5. « Avec Thingworx, tous les croisements d’informations sont possibles, à tous les niveaux de la pyramide du CIM, et c’est dix fois plus rapide qu’une approche classique pour générer une application d’IoT industrielle », déclare Patrice Ravaud. Le prix de la licence d’utilisation est calculé selon un abonnement de base, modulé par le nombre d’utilisateurs et d’équipements connectés. Afin d’être en mesure de lier tout outil à son système, qu’il s’agisse d’objets physiques ou virtuels, Thingworx mise sur des partenaires dans le monde du matériel et des télé- communications. Il en compte déjà plus de 70.