Sick lit les codes sous haute pression

Les lecteurs de codes-barres de l’Allemand sont désormais disponibles dans des boîtiers inox étanches certifiés IP 69 K.

 

Même pas peur des lances à haute pression ! Sur les lignes d’embouteillage des brasseries et des laiteries, sur les machines de découpe et de transformation de l’industrie de la viande, dans la production et l’emballage de pâtes ou de pâtisseries, mais aussi sur les installations des industries pharmaceutique et cosmétique, les lecteurs de code-barres CLV6xxx de Sick n’auront plus à craindre les nombreuses phases de nettoyage. Le secret de l’Allemand ? Il les protège désormais dans un boîtier étanche spécialement conçu pour ce genre de situations extrêmes.

 

Etanchéité à toute épreuve

Pour mettre leurs lecteurs à l’abri de l’humidité, des changements de température et de pression, des agressions des produits nettoyants, des chocs mécaniques et des vibrations, les ingénieurs de Sick ont soigné tous les aspects. Les matériaux utilisés, d’abord, capables de résister à l’eau et aux détergents et désinfectants chimiques. Le boîtier en lui-même est ainsi constitué d’acier inoxydable et la vitre avant de polycarbonate compatible avec le milieu alimentaire. Elle résiste « à l’eau, à de nombreux acides minéraux, aux solutions aqueuses de sels neutres et aux composants oxydants que peuvent contenir par exemple les désinfectants alcalins chlorés », annonce le fabricant. Elle est en outre pourvue d’un revêtement anti-rayures pour la résistance mécanique.

La forme du boîtier a également été étudiée, avec une rugosité de surface très faible, des angles lisses et arrondis, mais aussi des éléments de fixation particuliers pour faciliter les écoulements et éviter de retenir des restes de produits, des impuretés ou autres bactéries indésirables.

Les passages de câbles du boîtier ont, eux aussi, fait l’objet de traitements d’étanchéité particuliers. L’entrée du câble de raccordement dans le boîtier est ainsi protégée par un double manchon de protection, ce qui lui permet également de supporter les variations de température et de pression sur le boîtier et les chocs thermiques. « Le joint est conçu pour garantir le passage facile du câble de raccordement lors du montage du scanner laser et pour assurer l’étanchéité vers l’extérieur », assure-t-on chez Sick. Enfin, les câbles utilisés sont certifiés Ecolab.

 

Même sous l’eau !

Le boîtier proposé par Sick présente un indice de protection IP 69K selon la norme DIN 40050-9. Il permettrait même de faire fonctionner des lecteurs de code immergés dans un liquide, en cas de nécessité ! Il est disponible pour les séries CLV65x et sous peu pour les autres produits de la gamme : les CVL62 x à CLV64x. A noter, une fois enfermés dans leur coque de protection, ces appareils conservent leurs caractéristiques, à savoir une fréquence de balayage élevée jusqu’à 1200 Hz, des résolutions adaptées aux applications, des algorithmes de décodage intelligents, un paramétrage simple, des fonctions de tri et de filtrage et un web-serveur intégré. Des fonctions de diagnostic à distance  et la surveillance en réseau sont assurées via la technologie Ethernet on board (sans passerelle Ethernet supplémentaire), avec un interfaçage avec Profinet, Ethernet IP,  Ethernet TCP/IP et CAN.